A peine lancée, de suite détournée ! Unicef a fait sensation en utilisant ingénieusement la nouvelle fonctionnalité Shopping d’Instagram pour promouvoir sa nouvelle campagne choc #NoPriceOnKids. Un buzz assumé qui a suscité de nombreuses réactions sur la Toile.

 

#NoPriceOnKids, quand Unicef utilise Instagram Shopping pour dénoncer l’exploitation d’enfants

Très attendue, la nouvelle fonctionnalité Shopping d’Instagram permet aux entreprises d’afficher directement les prix de leurs produits sur des publications. Pour la journée mondiale contre l’esclavage des enfants ce 16 Avril 2018, Unicef a détourné ce nouvel outil digital comme support de communication pour lancer sa nouvelle campagne marketing choc. En effet Unicef a mis en vente des enfants sur Instagram Shopping au prix de… 0€.
Oui, vous avez bien lu.

Campagne buzz marketing Unicef

Lancée sur la fonctionnalité inédite d’Instagram, la campagne d’Unicef #NoPriceOnKids dévoile des photos de jeunes enfants exploités, contraints de travailler dans de misérables conditions. Nous ne pouvons que rester sans voix devant Ahmed, 8 ans, ramassant des briques plus lourdes que lui sous un soleil de plomb. Ou face à Masud, âgé de 10 ans, le dos éreinté et le regard désabusé.

Buzz marketing campagne instagram

 

Sur l’intégralité des photos, la vente de chaque enfant est fixée à 0€. Unicef explique la raison d’avoir choisi ce montant symbolique est pour rappeler que la vie d’un enfant n’a pas de prix. En cliquant sur le prix de Masud, nous découvrons son histoire. Sa terrible réalité.

« Masud, 10 ans, est exploité dans des conditions insalubres et dangereuses à la décharge de Demra au Bangladesh. Il est exposé à de nombreuses maladies et à des risques d’accidents mortels. »

 

Choquer l’opinion publique ? Oui, mais pour la bonne cause

Via le site Internet nopriceonkids.com spécialement créé suite à cette campagne, les internautes sont invités à faire un don contre l’exploitation infantile, quel qu’il soit. Travail, trafic, mariages forcés, enrôlement dans des groupes armés, prostitution…
Poignante, cette campagne digitale imaginée par l’agence Brand Station et Unicef est le reflet d’une triste réalité où plus de 150 millions d’enfants âgé de 5 à 14 ans sont forcés de travailler. Soit presque 16% des enfants de cette classe d’âge alors que les normes internationales l’interdisent.

Unicef a su habilement détourner Instagram Shopping à des fins justes et honorables. En effet cette brillante campagne digitale a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux dès sa sortie. Chez Alerti, nous ne pouvons que saluer ce buzz brillant qui figure comme l’une des campagnes marketing les plus marquantes de ce début d’année.