Désormais, les entreprises et les marques se doivent de vérifier les contenus qu’ils publient pour ne pas être considérés comme des usurpateurs. Il en va de leur e-réputation ! De même, il est essentiel de veiller sur les contenus publiés sur vos produits, services ou entreprises.

Pour assurer votre promotion, construire une identité numérique cohérente et irréprochable est indispensable. Cela implique notamment de surveiller l’existence de duplicate content, celui-ci étant susceptible de nuire à votre e-réputation.

Comment ? Pourquoi ? Nous allons répondre à ces questions dans cet article !

 

Qu’est-ce que le duplicate content ?

Le duplicate content se traduit par la publication d’un contenu similaire sur différences pages web. Cette forme de plagiat peut être d’origine interne (le duplicate content concerne alors plusieurs pages web d’un même site internet) ou externe (contenu identique entre les pages web de sites différents).

Il est primordial de résoudre rapidement cette problématique. En effet, la présence de duplicate content est, entre autres, susceptible d’entraîner des pénalités pour le site incriminé. Celles-ci se traduisent généralement par un déclassement de votre site dans les moteurs de recherche, voire carrément un déréférencement.

 

Les dangers du duplicate content pour l’image d’une entreprise

Le duplicate content constitue un vrai danger pour l’e-réputation d’une entreprise. Les moteurs de recherche « font la chasse » aux contenus dupliqués. Les algorithmes utilisés par les moteurs de recherche tels que Google sont, en effet, dotés de filtres de détection destinés à « tracker » des textes similaires. Qu’il s’agisse de contenu dupliqué à cause de l’ignorance d’une entreprise ou d’un acte volontaire réalisé par une société tierce, les pénalités appliquées par Google seront identiques dans les deux cas.

Ces dernières peuvent faire baisser le trafic généré vers un site internet d’environ 95 %. Les conséquences sur le référencement naturel du site internet sont donc très négatives.

S’adonner à cette pratique ou en être victime, c’est se mettre de sacrés bâtons dans les roues de son e-réputation. En effet, si vous n’êtes plus visible dans Google, comment rassurer vos prospects qui cherchent à en savoir plus sur vous ?

Mais ce n’est pas le seul méfait du duplicate content…

Imaginez que des prospects ou clients s’aperçoivent que votre site contient du contenu 100% similaire à un autre site visité auparavant. Votre fiabilité et votre compétence risquent d’être remises en question, car ils sont parfaitement en droit de se demander qui a copié l’autre. Dans le doute, ils risquent de prendre la fuite et de se diriger vers un concurrent.

 

4 conseils pour éviter le duplicate content

Afin de préserver votre e-réputation, apprenez à éviter de vous adonner au duplicate content. Attention, celui-ci peut être involontaire ! Il suffit que vous vous appuyez un peu trop sur une source, que vous traduisiez un article en anglais, déjà traduit auparavant, ou que vous ayez une prose un peu trop proche d’un concurrent. Cette dernière situation est rare, mais quelques phrases communes peuvent suffire à infliger une pénalité.

 

Vérifier avant de publier

Pour éviter d’être confronté au duplicate content, il est essentiel de pouvoir l’identifier avant de publier. Pour ce faire, il est recommandé de s’appuyer sur une solution anti-plagiat. Il existe de nombreux outils en ligne qui permettent de comparer des contenus déjà publiés avec le vôtre.

Voici une liste non exhaustive :

Selon les outils, vous pouvez copier/coller un extrait de texte, un article ou une URL. Ils scannent alors le web à la recherche d’un texte similaire au vôtre. Un message s’affiche pour dire votre contenu est unique ou s’il existe des sources qui reprennent tout ou partie de l’article.

E-réputation : vérifier le contenu avant publication

Vous êtes libre alors de publier votre contenu si tous les feux sont au vert ou de le modifier pour le rendre unique.

 

Faire attention aux balises

Le duplicate content ne concerne pas uniquement le contenu éditorial d’un site internet. Si celui-ci se doit d’être unique et original, il en est de même pour les balises « Title » et « Meta Description ». Il est déconseillé de reprendre plusieurs fois la même description, d’utiliser la première phrase de votre introduction ou de recopier sur un concurrent !

 

Penser aux redirections 301

Une entreprise en train de refondre son site internet ou de revoir ses URL se doit de faire des redirections 301 ! Le cas échéant, vous risquez d’avoir deux pages (la nouvelle et l’ancienne) totalement identiques… Si les robots de Google s’en aperçoivent, vous êtes bon pour une pénalité qui va entraîner toutes les conséquences vues auparavant.

 

Indiquer les citations

Vous avez le droit de citer vos sources, de recopier mot pour mot la phrase d’un expert ou une expression bien connue. De manière générale, les extraits d’articles sources et les citations enrichissent le contenu, ce qui est pertinent votre e-réputation. En effet, vos références en disent long sur vos compétences, votre veille et votre capacité à rester dans la tendance.

Cependant, dès l’instant où vous reprenez du contenu publié ailleurs, même une simple phrase, mettez le texte entre les balises <blockquote>. Si vous utilisez un CMS type WordPress, cela se fait en un seul clic.

E-réputation : mettez vos citations entre balises

L’intérêt est d’indiquer clairement à Google que vous citez un texte. Le moteur de recherche comprend alors que votre intention est honnête et n’assimile pas ce paragraphe à du duplicate content.

Votre référencement et votre e-réputation sont préservés !

 

Veiller sur son entreprise pour détecter le duplicate content

Éviter que des concurrents malhonnêtes recopient vos contenus est impossible. D’autant plus depuis que Google a abandonné la balise « Autorship » qui ajoutait une sorte de signature à une publication.

Cependant, si vous jetez régulièrement un œil sur vos statistiques, vous vous apercevrez rapidement d’un souci. Une baisse soudaine des visites doit vous alerter.

Ouvrez alors la Google Search Console pour vérifier si vous n’avez pas un message. Lorsque le moteur de recherche pénalise un site internet, il l’indique au propriétaire par ce biais. Vous saurez ce qui vous est reproché et comment vous en sortir.

E-réputation : consultez régulièrement les messages de la Google Search Console

À cette étape, si vous avez effectivement été sanctionné pour duplicate content, alors que vous êtes la victime, il convient d’entreprendre des démarches pour faire retirer ce contenu :

  1. Contactez l’auteur du contenu qui est dupliqué et demandez-lui de retirer son texte.
  2. S’il ne répond pas, relancez-le en lui montrant les preuves que vous êtes bien l’auteur original de l’article (le texte en format Word daté, la capture d’écran de votre article avec la date de publication…)
  3. Toujours rien ? Envoyez une lettre en recommandée avec accusé de réception pour lui demander de retirer le contenu dupliqué. Indiquez une date butoir (environ 8 jours après la date d’envoi).
  4. Signalez aussi le ou les liens avec du texte dupliqué à Google. Pour ce faire, utilisez ce formulaire.
  5. Si vous ne voyez pas d’amélioration après avoir effectué le signalement à Google, il ne vous reste plus qu’à porter plainte. Votre contenu est protégé par le droit d’auteur. Cependant, il est assez exceptionnel d’aller jusque-là. Généralement, le site incriminé enlève son contenu au bout du premier email.
  6. Lorsque le contenu dupliqué est enfin retiré du web, effectuez une demande de réexamen auprès de Google. Cette procédure vous aidera à retrouver plus rapidement votre position dans les résultats de recherche.

 

Pour soigner son e-réputation, il est essentiel de se prémunir contre le risque de « duplicate content ». Un seul doute peut faire fuir vos prospects et ternir votre image, même si vous êtes irréprochable. Pour cela, vous devez vous entourer de développeurs compétents, de rédacteurs consciencieux et utiliser les outils adéquats pour veiller sur votre e-réputation.