Vous êtes CM et vous n’avez pas encore testé Vine ? Non mais allo quoi ! Plus sérieusement, derrière son air gadget et même si Vine n’est pour le moment disponible que pour les systèmes d’exploitation iOS, les usages peuvent y être très intéressants en particulier pour les entreprises audiovisuelles.

Vine : c’est quoi ?

VineLancée le 24 janvier dernier, Vine est une application Twitter dont la grande force est la facilité d’utilisation. Nul besoin d’être un pro du montage vidéo pour utiliser ce service.  Une fois inscrit via une adresse e-mail ou son compte Twitter, l’internaute capture sa vidéo très simplement en laissant son doigt appuyé sur l’écran. Pour mettre l’enregistrement en pause, il lui suffit de lever son doigt de l’écran.  La particularité de Vine c’est le temps maximum d’enregistrement qui est de 6 secondes par vidéo. Une fois les 6 secondes atteintes, Vine diffuse la vidéo en boucle.

L’extrême facilité de l’application permet aux utilisateurs de donner libre cours à leur créativité :  en créant des vidéos en stop motion ou encore des mini-film d’animation.
En ce qui concerne la diffusion, les internautes peuvent accompagner leur Vine (nom que l’on donne aux vidéos diffusées) d’une petite description et d’un hashtag. Les utilisateurs ont aussi le choix de ne diffuser leurs vidéos que sur Vine, mais le grand intérêt de cette application c’est la possibilité de diffuser ces créations sur des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook.

Vine : pour quels usages ?

La possibilité de créer des vidéos très rapidement et de les diffuser tout aussi rapidement à ses abonnés font le succès de Vine. Finalement, Vine n’est pas autre chose que l’Instagram de la vidéo.
Sur Vine, vous pouvez en 6 secondes, raconter votre vie (poster la vidéo des nouveaux exploits de votre chat, un extrait d’une soirée entre collègues) ou témoigner d’un évènement que vous êtes en train de vivre (concert, spectacle, évènement sportif….).

A la question « Qu’est ce qu’on trouve sur Vine ? », la réponse est simple : à peu près la même chose que sur Instagram. Des utilisateurs postent du contenu qui n’a aucun intérêt (sauf pour eux mêmes et leurs amis), d’autres au-contraire exploitent à fond le potentiel créatif que permet l’application. C’est notamment le cas d’Adam Goldberg, acteur et producteur américain qui a crée une micro-série en utilisant Vine.

Adam Goldberg

Quel intérêt pour les marques et les entreprises ?

L’application Vine est numéro un aux États-Unis sur l’appstore En France, son utilisation  est encore relativement confidentielle notamment parce qu’elle n’est disponible, pour le moment, que pour les clients d’Apple. Ceci explique, en partie, le fait que peu d’entreprises ont  sauté le pas. L’autre raison tient à la stratégie social média arrêtée. Tout comme toutes les entreprises n’ont pas intérêt à développer une présence sur Instagram, Pinterest ou Youtube, toutes n’ont pas forcément d’intérêt à utiliser Vine.
Pour autant quelques entreprises se sont lancées en comprenant rapidement que Vine pouvait leur permettre de promouvoir à peu de frais leurs produits ou leurs services.

Taco Bell a ainsi annoncé une nouvelle saveur dans sa gamme de chips Doritos en diffusant l’information sur Twitter via une vidéo hébergée sur Vine :

Le Vine lancé par Taco pour promouvoir un de leur nouveau produit

Même procédé chez Gap pour promouvoir leurs jeans :

L’association britannique d’aide aux personnes diabétiques, DiabetesUK,  a elle utilisé Vine pour remercier un généreux contributeur :

DiabetesUK

Outre la promotion, le format de Vine permet aussi aux marques de poster du contenu très rapidement en misant  sur la capacité de viralisation de ces contenus. Ainsi, Calvin Klein a diffusé, sur Twitter, ce spot viral crée grâce à Vine, lorsque le courant a été coupé pendant la finale du Super Bowl.

CK

Vine : le « must have » pour les industries audiovisuelles ?

S’il y a bien un secteur qui doit regarder Vine avec grand intérêt c’est celui du cinéma et des séries télévisées. En permettant de diffuser de très courtes vidéos qui vont tourner en boucle sur sa plateforme et surtout sur Twitter, Vine permet aux producteurs d’annoncer la sortie imminente de leur film ou de leur série en diffusant un condensé de la bande annonce en exclusivité à leurs fans. Ils s’assurent ainsi un buzz gratuit, en particulier si la sortie est très attendue.

C’est ce qu’à fait James Mangold, le réalisateur du prochain Wolverine. Celui-ci a crée un « résumé » du teaser officiel du film en le condensant en 6 secondes, et en le diffusant sur Twitter, un jour avant la sortie officielle du teaser que les spectateurs attendaient tant.

Wolverine

Une vidéo très courte qui en dit beaucoup sans finalement dire grand chose + un contenu exclusif + la diffusion sur un réseau social dont le succès est basé sur la viralisation de l’information = buzz immédiat pour James Mangold qui assure un coup de pub gratuit pour son nouveau film.

Si tout le monde a parlé de ce buzz, ce n’est pas la première fois que Vine démontre sa capacité à viraliser du contenu. L’application avait notamment été utilisée par les producteurs du film It’s a Disaster, en février dernier. Ceux-ci avaient diffusé de courts extraits de 6 secondes de leurs films sur Twitter en les hébergeant au préalable sur Vine.

Ce premier essai concluant confirmé par le buzz autour du teaser de James Mangold a déjà fait naître une mode et un terme : tweaser (contraction de Twitter et de teaser).

Conclusion : Vine y aller ou non ?

A chaque fois qu’une nouvelle application ou un nouveau réseau social naît et devient à la mode, les marques se posent la question « Doit-on y aller ou non ? ». D’une manière générale, il faut bien avoir en tête une chose : une stratégie digitale réussie ne se résume pas à empiler des outils. Il ne sert à rien de vous dire « Testons on verra bien  si ça marche ». Si vous n’avez pas d’objectifs précis, pas de contenus appropriés, vous n’avez aucun intérêt à utiliser Vine.

Sauf dans le domaine artistique ou une utilisation régulière de Vine peut être cohérente, je ne vois pas comment et surtout pourquoi les entreprises issues d’autres secteurs d’activités, devraient utiliser Vine autrement que ponctuellement.

Vine n’est pas un réseau social, car il ne permet pas de dialoguer avec ses clients pour mieux comprendre son marché.

Tout son intérêt réside dans sa capacité à créer du buzz pour promouvoir ponctuellement un nouveau produit ou annoncer une actualité sur des réseaux sociaux comme Twitter. Or la capacité de Vine a créer du buzz, c’est à dire à capter l’attention d’une large audience pendant une courte durée, doit être mise au service d’objectifs précis.

Et vous, que pensez-vous de Vine ?

Julien Provost